Imprimer

Glossaire

> Affiliation
> Approche système
> Anorexie mentale
> Carte familiale
> Debriefing
> Génogramme
> Notion de circularité
> Système
> Thérapie Familiale

• Affiliation

Le rituel de l'affiliation est utilisé à des fins thérapeutiques en thérapie familiale : le thérapeute est amené à se joindre, dans une certaine mesure, au mode d'organisation et au style de la famille, de telle sorte que celle-ci l'accepte plus ouvertement et que puisse intervenir un changement thérapeutique. Cette « affiliation » peut porter sur la famille dans son ensemble (principalement, en début de thérapie), ou sur certains sous-systèmes, en fonction des diverses stratégies et tactiques mises en œuvre à un moment ou à un autre.

L'affiliation est décrite par Salvador Minuchin comme la clé d'accès à la structure familiale : « Les données dont dispose le thérapeute ainsi que ses diagnostics sont acquis dans l'expérience d'affiliation à la famille » Le modèle de thérapie familiale structurale accorde une place particulière aux activités du thérapeute comme acteur et agent du changement : « Dans le but de s'affilier à la famille, le thérapeute s'appuie sur les aspects de sa personnalité qui sont syntones avec ceux de la famille. Mais il garde aussi la liberté d'être spontané dans ses recherches » Les opérations d'affiliation sont, avec la création de transaction et la restructuration, une des trois techniques majeures d'intervention en thérapie familiale, telle qu'elle est élaborée par S. Minuchin. Elles mettent l'accent sur la nécessité pour le thérapeute de choisir l'attitude qu'il va adopter face à la famille, en évitant le piège d'une fausse neutralité. Elles cherchent à répondre au double objectif de créer le système thérapeutique et de garder au thérapeute sa position de leader dans ce système. L'affiliation à la famille est une condition nécessaire à l' efficacité des techniques de restructuration. Elle regroupe les « actes du thérapeute qui ont directement comme but de se relier aux membres de la famille ou au système familial ». L' « accommodation », le « tracking ou suivre la piste », et le « mimétisme» sont les trois principales techniques d'affiliation.

Dictionnaire des thérapies familiales, sous la direction de Jacques Miermont, ed PAYOT

• Approche système

L'approche système ou approche systémique est un concept qui regroupe l'ensemble des interventions utilisées par l'acteur psycho-social qui se réfère à la théorie des systèmes, aux théories de la communication appliquées au travail relationnel auprès des familles.

• Anorexie mentale

L'anorexie mentale est un syndrome psychosomatique atteignant principale ment la jeune adolescente.

Il comprend :
- une conduite de restriction alimentaire de plus en plus drastique, liée à la peur de grossir,
- un amaigrissement dont les conséquences somatiques peuvent mettre en jeu la vie de la patiente,
- une aménorrhée primaire (les règles n'apparaissent pas à la puberté) ou secondaire (interruption des règles après leur apparition).

Dans sa dimension d'urgence dramatique, un tel trouble nécessite le recours à des stratégies thérapeutiques multiples, d'apparence éventuellement antinomiques : hospitalisation, approche individuelle, approche familiale. Le mode de compréhension du trouble est nécessairement interdisciplinaire: éthologique, psychanalytique, systémique, catastrophiste.

Dictionnaire des thérapies familiales, sous la direction de Jacques Miermont, ed PAYOT

• Carte familiale

Mise au point par Salvador Minuchin, la carte familiale est une représentation graphique des relations familiales. Elle permet à l'intervenant d'avoir une vision analogique de la globalité familiale et d'envisager des actions thérapeutiques visant à faire évoluer la structure familiale.

- Famille dysfonctionnelle avec Grand Mère Maternelle qui s'immisce dans la vie de la famille nucléaire.
- Frontières floues entre GMM et mère. La mère a tendance à passer à l'étage des enfants pendant que GMM descend à l'étage des parents.
- Peu de communication dans le couple.

• Debriefing

Le « debriefing » est une mesure préventive qui permet de traiter et de soulager les expériences traumatisantes récentes grâce à une élaboration adéquate. Ainsi réduira-t-on les conséquences immédiates d'un vécu traumatisant et en diminuera-t-on les séquelles psychiques ultérieures.

Le « debriefing » permet d'intervenir précocement, c'est-à-dire très rapidement après le traumatisme. On considère les sentiments et les troubles du comportement pour ce qu'ils sont, c'est-à-dire comme des réactions humaines normales dans un contexte d'événements extraordinaires et d'expériences anormales.

Les animateurs du « debriefing » veillent à ce que les victimes entendent et ressentent le fait que dans des situations extraordinaires :

- il ne faut pas avoir honte d'éprouver des sentiments comme la peur et le deuil ;
- la colère n'implique pas d'être méchant ;
- qu'une perturbation passagère de la capacité d'action n'équivaut pas à une défaillance.

Cela permet d'aider la victime à considérer son comportement et son vécu au cours de la situation extraordinaire sans honte et sans sentiment de culpabilité.

Par le « debriefing », le refoulement et la dénégation, voire des mécanismes de défenses archaïques (comme le clivage, l'agir, la projection) diminuent et perdent de leur nécessité d'être. En outre, le lien conscient de la relation entre le vécu et les troubles est maintenu.

En tant que mesure préventive, le « debriefing » se distingue clairement du traitement psycho thérapeutique d'un malade.

• Génogramme

C'est une façon simple et géniale de dresser un portrait complet actuel et généalogique, d'une famille peu ou très nombreuse.

Un graphique particulier capable d'illustrer les structures de parenté et les relations familiales.

Le génogramme fut conçu au milieu des années 70 par les pionniers de la recherche sur la communication et de la thérapie familiale.

Le génogramme est la représentation graphique d'une constellation familiale sur plusieurs générations. Le génogramme est un outil d'information systémique utile lorsqu'on vise le changement. Il permet de structurer toutes les informations recueillies dans un entretien familial et de repérer les schémas transgénérationnels.

Le génogramme est essentiellement la représentation graphique d'une famille, rassemblant sur un même schéma : les membres de celle-ci (le plus souvent sur deux ou trois générations), les liens qui les unissent, et les informations biomédicales et psychosociales qui s'y rattachent.

Le génogramme n'a pas été créé uniquement pour aborder les problèmes familiaux graves. Au contraire, il gagne à être utilisé systématiquement, en particulier, dans une foule de situations qui se présentent couramment au médecin de famille.

Il peut se construire à l'aide d'un seul membre de la famille, qui agit alors à titre d'informateur, ou à l'aide de plusieurs membres de celle-ci qui sont réunis. Cela permet d'obtenir plus d'information, parfois divergentes, et d'observer les relations entre les membres. Le génogramme peut aussi être complété par autre une personne que le médecin (une infirmière par exemple) ou être autoadministré. L'ordinateur est un outil utile pour la construction d'un génogramme.

• LA NOTION DE CIRCULARITE

Cette notion découle, entre autres, de l'introduction, par Whitehead et Russel, d'une nouvelle façon de voir les principes de la science, et d'une nouvelle logique.

Jusque là en effet, dans les sciences, règne une vision cartésienne des relations entre les phénomènes, c'est-à-dire entre les faits que l'on peut observer.

Qu'est-ce à dire ? Cela veut dire qu'on essaie d'expliquer les faits d'une façon mécaniciste, en partant d'un effet, pour en rechercher les causes, dans une vision « linéaire » où A provoque B, qui à son tour provoque C, et ainsi de suite : par exemple, une voiture est en panne, parce que sa batterie est déchargée.

Whitehead et Russel proposent, eux, une logique où les faits ne sont plus simplement définis par leurs qualités intrinsèques ( par exemple : « marche ou ne marche pas »), mais par leurs relations avec les autres : l'objet ( de science), la personne , est défini( e) EN FONCTION de la relation qu'il/elle a avec un autre : tout simplement, ce n'est plus A qui provoque B, qui provoque C de façon linéaire , ( A_____B ) mais A qui provoque B, qui provoque C, et qui à son tour provoque A

Dans cette optique, dire que le comportement de A est la cause du comportement de B n' a plus de sens, parce qu'en fait, ce que fait A, les transactions de A, sont à la fois des causes et des conséquences de ce que font B et C de leur côté.

Ainsi, dans l' « ici et maintenant », on peut observer non seulement le phénomène et sa ou ses conséquence(s), ou le phénomène et sa ou ses origine(s), mais :

- le phénomène,
- ce qui l'induit,
- ce qu'il déclenche,
- ce qui l'entretient,
- ce qu'il entretient.

La boucle est ainsi bouclée... mais à suivre !

• Système

Réfléchir, conceptualiser, intervenir en terme de système c'est d'abord penser que la psychologie de la famille Martin n'est pas la somme des psychologie de chaque membre.

Famille MARTIN = Mère + Père + Fils + Fille.

La relation ne suit pas la psychologie individuelle. La relation précède toujours.

Un système possède des qualités propres, dites émergeantes, qui ne peuvent en aucun cas se réduire à la psychologie de chacun.

Ainsi parlera-t-on d'homeostasie du système, d'auto-organisation, d'autoréférence, de mythe, de règles, de frontières etc...

Ainsi dans un système humain chacun est à la fois un « je » et un « membre de ». Et à ce titre il a une place, une fonction dans l'équilibre du système. C'est par cet approche de la fonction au sein d'un système que l'on peut comprendre la naissance d'un caractère ou d'un symptôme.

• Thérapie Familiale

La thérapie familiale est une forme de psychothérapie.

Elle est une thérapie de la famille et avec la famille.

De la famille : depuis les travaux de l'école de Palo Alto sur la place de la famille dans la construction des symptômes schizophréniques, le mouvement des thérapies familiales approfondit cette recherche du lien entre les symptomatologies individuelles et les contextes familiaux. La thérapie de la famille s'efforce donc, en présence de tous les membres de la famille de faire évoluer les modes communicationnels et relationnels.

Avec la famille : une famille est un systéme, a savoir principalement qu'il a la capacité de se rééquilibrer, de se réorganiser en permanence. Elle a donc une compétence propre. C'est le chemin de cette compétence que le thérapeute familial aide la famille et chaque membre à retrouver.

Elle se présente sous la forme d'une conversation digitale et analogique (verbale et non-verbale) entre les thérapeutes (généralement au nombre de deux) et les membres de la famille. Cette conversation est à la fois naturelle et complexe.

Son but est d'expérimenter des modalités relationnelles nouvelles, de se représenter les autres de la familles comme non-caricaturaux, et de retrouver la confiance en soi et en les autres.